Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
shakingspirit.overblog.com

WAR WITH W.S.

L'Evangile de Judas

Publié le 30 Août 2012 par Lapinos in judas iscariote jésus-christ apôtre 1978, saklas platon

L'Evangile de Judas

L'Evangile de Judas l'Iscariote, dont le manuscrit a été retrouvé dans le désert en 1978, et l'existence connue depuis le IIe siècle, n'est pas vraiment un "évangile" au sens des quatre évangiles de Marc, Luc, Jean ou Matthieu. Il ne prône pas l'amour et l'obéissance au Dieu dont Jésus-Christ se dit le fils, mais renseigne sur les relations entre Jésus et l'apôtre qui livre Jésus à ses assassins.

- L'évangile de Judas contredit-il les autres évangiles ? La réponse est non. Il les confirme au contraire. Judas Iscariote apparaît comme un apôtre particulièrement curieux de comprendre ce que le Messie entend par "le royaume des cieux" ou "l'éternité", tandis que les autres apôtres n'y comprennent rien. L'intelligence supérieure de Judas n'est pas contradictoire avec les quatre évangiles majeurs où l'incompréhension des apôtres est signalée à de nombreuses reprises. Les apôtres ont confiance dans Jésus et dans son message, mais ils ne le comprennent pas ou peu. Plusieurs fois Jésus se met en colère contre Pierre. L'incompréhension des apôtres est même l'explication pourquoi ceux-ci connaîtront la "première mort" selon Jésus, et ne ressusciteront pas avec lui, devront attendre pour monter au royaume, la "Jérusalem nouvelle" ou l'Eglise des saints.

- Judas favorise-t-il l'accomplissement du destin de Jésus en le livrant aux juifs qui veulent le mettre à mort ? Par des personnes ignorantes ou antichrétiennes, on a pu l'entendre ou le lire dans des magazines qui, sur le plan scientifique, se sont discrédités une fois de plus. L'hypothèse est aussi farfelue que de prétendre qu'une autre trahison, celle de l'apôtre Pierre, apeuré, s'est faite avec la complicité de Jésus. D'ailleurs Jésus, c'est une chose que les profanes ne comprennent pas toujours bien, n'est pas mû par le "destin", contrairement à une nation ou à un prince du monde terrestre. Comme pour Pierre, Jésus sait que Judas le trahira ; comme pour Pierre il le lui dit, mais non pour l'en remercier. Dans l'ordre démoniaque qui est le sien, Judas est grand pour avoir contribué à dépouiller Jésus de son enveloppe charnelle et de son âme. Jésus surnomme Judas le "13e démon" : on ne voit pas bien, là encore, où est l'éloge, et Jésus est le dernier à mésestimer la puissance de Satan et de ses fidèles.

- L'antisémitisme a-t-il un rapport avec la trahison de Judas Iscariote ? C'est une question presque burlesque, mais qui est parfois posée. Ce serait aussi ridicule et du même acabit d'affirmer que Jésus n'aimait que les juifs, puisqu'il a choisi ses apôtres exclusivement parmi eux. Passons.

- L'évangile de Judas apprend-il des choses nouvelles aux chrétiens ? La réponse est non. Le chrétien ne sera pas étonné d'apprendre que le démon dans lequel Judas a foi est le même, Saklas, que celui de Platon, c'est-à-dire un démiurge. Le platonisme est une religion fondée sur le droit païen dit "naturel", et le pythagorisme de Platon indique que sa religion ne fait que répéter celle des anciens Egyptiens, ennemis de Moïse et de son peuple.

Pour la partie astrologique de l'évangile de Judas, elle ne surprendra que ceux qui ignorent que le christianisme est une religion "eschatologique", non pas de la foi en dieu comme celle de Platon ou de Judas, mais de la foi dans le salut.

Les apôtres font un rêve qu'ils demandent à Jésus d'expliquer. Ils y voient douze prêtres perpétrant les crimes les plus abominables. Ce rêve représente l'apostasie de la génération des apôtres, leur répond Jésus. Là encore, les évangiles confirment ce propos d'une apostasie généralisée au cours de l'histoire de l'humanité, dont de soi-disant "chrétiens" seront les acteurs principaux, ainsi que de faux prophètes chrétiens, contre lesquels Jésus met en garde à de nombreuses reprises.

- On retrouve en outre dans le manuscrit une phrase attribuée à Jésus où celui-ci se réjouit de la chute prochaine des planètes ; elle confirme l'élucidation du nombre 666 comme la signification du système solaire ou du zodiaque. "Ce n'est pas de vous [les apôtres] que je me moque, mais de Mercure, Vénus, Mars, Saturne et Jupiter ainsi que de la Lune, car ces six étoiles errent dans l'égarement avec ces cinq combattants. Tous seront détruits ainsi que leurs créatures."

Ici, on peut penser que, en effet, Judas Iscariote a mieux compris le Messie que les autres apôtres, ou Paul, et qu'il aurait déchiffré sans peine le code 666, ayant des convictions religieuses analogues à celles de Platon ou des Egyptiens.

Commenter cet article